Sophrologie, Sophrologie Caycedienne, Sophro-Analyse, Hypnose Ericksonienne
Psychotherapie Brève,Hypnose Ericksonienne,Sophrologie Caycedienne et Sophro-Analyse,Hypnose Thérapeutique à Paris,Formations en Sophrologie




Sophrologie et Grossesse

Comment appréhender sereinement la grossesse et l'accouchement ?
Le travail de la sophrologue peut-être une aide précieuse pendant ses différentes étapes.




Sophrologie et Grossesse
Interview de Séverine Ecoffey, Sophrologue

Comment la sophrologie va accompagner la future maman dans sa grossesse ?

Au cours de la grossesse, la sophrologie va aider la femme enceinte à différents niveaux, dans sa relation avec elle-même, avec son bébé et avec son conjoint.

Tout d'abord, dans sa relation avec elle-même, et notamment pour une jeune femme qui a du mal à intégrer, voire même à accepter ses modifications corporelles, la sophrologie va l'aider dans ce sens, l'aider à investir son corps en évolution et à voir ces transformations physiques de manière positive.

La sophrologie permettra également de mieux gérer les manifestations émotionnelles fréquentes lors de la grossesse (hypersensibilité, changements d'humeur soudains, etc.) et aussi gérer le stress et les angoisses qui peuvent survenir.

La pratique de la sophrologie l'aidera aussi à mieux dormir et plus généralement à mieux gérer les troubles physiologiques liés à la grossesse.

Et puis, les séances plutôt orientées "préparation mentale" lui permettront de se préparer à son futur accouchement par des visualisations positives ainsi que des techniques de respiration ayant pour principal objectif de mieux gérer les douleurs dues aux contractions. Dans ce même état d'esprit de préparation mentale, la sophrologie permet aussi à la femme enceinte de se préparer aux divers examens médicaux réalisés pendant la grossesse et qui peuvent être sources d'angoisse.

Par ailleurs, d'un point de vue relation mère/enfant, la sophrologie va contribuer à renforcer le lien avec le bébé et également à aider la femme enceinte à se projeter et se positionner dans sa posture de mère.

Pour terminer, nous pouvons également orienter les séances, si besoin, au niveau de la relation entre la future maman avec son conjoint et accompagner les problèmes de sexualité qui peuvent survenir durant cette période de grossesse.

Travaillez-vous également lors de vos séances l'accompagnement à la maternité et à la parentalité ?

Oui, tout à fait. Comme je le mentionnais plus haut, le travail du sophrologue lors des séances consiste aussi à préparer la future maman à son rôle et à sa posture de mère.

Pour cela, la séance est construite pour que la future maman se projette (de manière positive) après la naissance de son enfant.

On utilise également des techniques de sophrologie qui vont renforcer le lien in utero entre la mère et son bébé.

Il existe des outils très intéressants, que ce soit dans les relaxations dynamiques ou dans les sophronisations, pour aider la maman à investir la présence de son bébé.

De plus, il est possible d'inclure le futur papa dans certaines séances, afin de l'intégrer lui aussi dans cette préparation à la parentalité.

Quel bénéfice va retirer la future maman de séances de sophrologie prénatale ?

Tout d'abord, la future maman va se trouver dans un état de détente physique et mentale très agréable, pour elle et pour son bébé.

Ensuite, elle va apprendre des exercices et des techniques qui lui permettront de retrouver cet état de détente lorsqu'elle en ressentira le besoin. En fait, le sophrologue est là pour montrer et transmettre à la future maman les outils qui lui seront nécessaires pour se détendre, chasser les tensions physiques mais aussi mentales, renforcer le lien avec son bébé, se préparer sereinement à l'accouchement etc.

C'est là une des forces de la sophrologie : nous rendons les personnes autonomes !

Le jour de son accouchement, la jeune femme qui a suivi toutes les séances, qui s'est entraînée chez elle, aura les outils pour mieux gérer les contractions, se recentrer sur sa respiration, garder le contact avec son bébé et plus généralement être plus sereine et plus détendue.

Comment se déroule le travail que vous faites avec la future maman ?

Une séance dure en moyenne 1h15, voire un peu plus en séance de groupe.

Chaque séance débute par un temps d'échange. Puis nous enchaînons sur quelques exercices de relaxation dynamique et de gymnastique douce adaptée à la femme enceinte. Ensuite, vient le moment de la sophronisation à proprement parler, à ce moment là.

Personnellement, je commence toujours par enseigner aux futures mamans une technique de respiration qui va permettre d'une part d'installer une détente, corporelle et mentale, et d'autre part, de mieux gérer la douleur des contractions le jour de l'accouchement. Ensuite, les futures mamans n'ont plus qu'à se laisser guider par ma voix...

Pour terminer la séance, la personne me fait part de ses ressentis, si elle le souhaite, que j'accueille en toute bienveillance.

Avant de partir, je lui remets un petit document qui reprend les différents exercices que nous avons fait pendant la séance afin qu'elle puisse les reproduire facilement chez elle et je bien sûr je réponds à ses questions si elle en a.

Combien de séances préconisez-vous ?

Généralement, et notamment lors des séances collectives, un forfait de 6 séances est proposé, cela permet déjà de bien intégrer les différentes techniques et de se préparer efficacement pour l'accouchement.

Il est possible d'envisager plus de séances lorsqu'il y a une demande particulière de la part de la future maman.

Quelque soit le nombre de séances, il faut savoir que l'entraînement à la maison est fondamental et je recommande aux mamans de refaire les exercices que nous faisons ensemble et de ré-écouter les séances que je leur enregistre systématiquement, notamment celles qui préparent à l'accouchement.

L'entraînement et la répétition des techniques sont vraiment importants, d'une part parce que plus les futures mamans pratiquent et plus vite les résultats se font sentir et puis, d'autre part, parce que les outils transmis par le sophrologue deviendront ensuite des automatismes et elles sauront facilement les reproduire le jour de l'accouchement par exemple.

Combien de temps avant l'accouchement doit-on commencer les séances ?

Encore une fois, tout dépend de la demande de la future maman, mais pour un protocole de 6 séances par exemple, il est intéressant de commencer au minimum 2 mois avant le terme prévu, idéalement aux alentours du début du 3ème trimestre de grossesse.

Il est évidemment possible de commencer dès les premiers mois de grossesse mais dans ce cas là, les axes de "travail" ne seront pas exactement les mêmes, par exemple il sera beaucoup trop tôt pour se préparer à l'accouchement.

Conseillez-vous de prolonger les séances après la venue de bébé ?

Absolument, la sophrologie est très bénéfique pour la maman dans la période du post partum, notamment lorsque celle-ci se révèle un peu difficile.

Les séances seront alors orientées en fonction de la demande et/ou de la problématique de la jeune femme, comme par exemple, apprendre à gérer ses angoisses, aider à favoriser un meilleur sommeil, souvent mis à mal lors des premiers mois de bébé, ou encore trouver sa place dans la famille agrandie, notamment travailler sur la posture mère/femme, et renforcer le lien avec son bébé.

Travaillez-vous en étroite collaboration avec les puéricultrices, les infirmières ?

Assez peu en fait. C'est d'ailleurs un point sur lequel je m'investie : améliorer cette relation et notre collaboration.

Certaines personnes sont ouvertes à la sophrologie, d'autres moins, mais les mentalités évoluent et j'ai bon espoir que la sophrologie soit de plus en plus intégrée dans un système de prise en charge globale des mamans et des futures mamans.

Sont-elles formées à ce type de pratique ?

Sont formées uniquement les personnes qui auront fait la démarche de suivre une formation en sophrologie en plus de leur formation de base d'infirmière ou de puéricultrice.

Néanmoins, il ne faut pas confondre l'initiation à la sophrologie (à la suite d'un stage de quelques jours par exemple) et le métier de sophrologue, ce sont deux choses bien différentes.

Les séances peuvent-elles être en collectif ?

Absolument...

D'ailleurs je donne, pour les femmes qui le souhaitent, des séances collectives à la maternité de la Clinique de l'Essonne à Evry, en complément des cours de préparation à l'accouchement dispensés par les sages-femmes.

Idéalement, je préconise de ne pas dépasser 8 personnes par groupe afin d'assurer un meilleur suivi.

Cependant, pour une personne qui a une demande particulière, il vaut mieux envisager des séances individuelles.

Trouvez-vous que la sophrologie s'intègre bien aujourd'hui en complément de l'accompagnement des sages-femmes, ou est-ce encore sporadique ?

Pour ma part, j'ai la chance de travailler en collaboration avec des sages-femmes (Clinique de l'Essonne à Evry) très ouvertes et très favorables à l'accompagnement de la grossesse par la sophrologie, c'est une chance.

Malheureusement, certaines sages-femmes, notamment libérales, peuvent voir cet accompagnement d'un mauvais oeil, peut-être par crainte de voir les sophrologues "marcher sur leur plates-bandes".

Je pense vraiment que la sophrologie prénatale ne remplace en aucun cas la préparation à l'accouchement réalisée par les sages-femmes, ce sont pour moi deux choses différentes et complémentaires, à moins d'avoir la double-casquette de sage-femme et de sophrologue, là c'est différent, sinon à chacun son métier.

J'espère que, là encore, les mentalités vont évoluer, et que nous pourrons travailler en collaboration, dans l'intérêt des futures mamans, qui pourront ainsi bénéficier d'un accompagnement complet lors de leur grossesse.

Séverine ECOFFEY accompagne également dans son travail les futures mamans qui rencontrent des difficultés à avoir des enfants, elle nous en parle :

La sophrologie avant la grossesse, lors d'une démarche de PMA (Procréation Médicalement Assistée) est assez mal connu et pourtant la sophrologie se révèle être une alliée de poids dans l'accompagnement des jeunes femmes qui entreprennent une FIV.

En effet, les obstétriciens s'accordent à dire que lors d'une démarche de PMA, le stress diminue significativement les chances de fécondation de l'ovule.

La sophrologie va permettre à la jeune femme de gérer son stress et ses angoisses, de prendre du recul, mais également de garder confiance en soi et en son corps, et ainsi d'instaurer un climat plus calme et plus serein, donc plus propice à la procréation.

Elle pourra également bénéficier d'une véritable préparation mentale avant chaque étape du protocole de FIV.

Il faut savoir que dans ce type d'accompagnement, le sophrologue accompagne la personne à chaque étape clé de la FIV, il s'adapte et oriente ses séances en fonction de ces différentes étapes, cela demande beaucoup de disponibilité et de la flexibilité de la part du sophrologue mais c'est un accompagnement extrêmement intéressant.

Merci à Séverine Ecoffey pour le temps qu’elle nous a accordé



Jeudi 7 Mai 2015
Lu 752 fois
     


Dans la même rubrique :

Gestion du Stress - 07/05/2015

Sophrologie et sport - 07/05/2015

1 2 3 4 5 » ... 6

Sophrologie Caycédienne | Pour qui, pour quoi ? | Stage Sophrologie | Formation en Sophrologie | Livres de Sophrologie | Actualités


Hypnose à Paris, Ericksonienne, Thérapeutique, Médicale. Cabinets de Praticiens en Thérapie Brève, EMDR-IMO, Formation, Consultations et Avis
Laurence ADJADJ, Praticienne et Formatrice en Hypnose, EMDR-IMO et Thérapies Brèves à Marseille vous donne son avis d'hypnothérapeute sur…

Paris, Marseille, Toulouse, Nice, Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Lille, Rennes, Reims, Le Havre, Saint-Etienne, Toulon, Grenoble, Angers, Dijon, Brest, Nîmes, Le Mans, Aix-en-Provence, Clermont-Ferrand, Tours, Limoges, Villeurbanne, Amiens, Metz, Besançon, Perpignan, Orléans, Mulhouse, Caen, Boulogne-Billancourt, Rouen, Nancy, Avignon, Cannes, Saint-Raphaël